Simplytests.com

Dépression masculine et fertilité

Dépression masculine et fertilité

Vous essayez depuis déjà quelques temps de tomber enceinte et vous commencez à vous poser des questions. Vous avez une alimentation saine et équilibrée, aucun soucis apparait et avez des rapports sexuels lors de vos pics de fertilité mais pas de grossesse à l’horizon. Et si le problème venait de monsieur ? Saviez-vous que la dépression masculine réduisant les chances de procréer ? Simplytests.com vous dit tout sur le sujet.

Il est fréquent d’avoir des difficultés à concevoir un enfant. Une grossesse n’a rien d’automatique malgré l’amour entre les parents ou la fréquence des rapports sexuels.

Les problèmes de fertilité, quant à eux, peuvent aussi venir de votre partenaire.


Effet du stress sur les spermatozoïdes

sperme et spermatozoides

 

Il est souvent admis qu’un couple jeune et en bonne santé concevra un enfant facilement. Or notre mode de vie actuel, à 100 à l’heure avec de fortes doses de stress rend l’opération parfois plus délicate qu’il n’y paraît. Des études se penchent aujourd’hui sur les conséquences du stress chez l’homme notamment au niveau de leur fertilité.

Le stress peut retarder la grossesse et augmenter les risques d'infertilité féminine mais aussi dégrader la qualité du sperme. L’anxiété agit de manière négative sur la bonne santé des spermatozoïdes et pourrait expliquer une partie des cas d’infertilité masculine. Que ce soit le stress lié au travail ou aux préoccupations sur la reproduction, il entraîne une diminution des niveaux de testostérone clé dans la bonne fabrication d’un sperme de qualité avec des spermatozoïdes mobiles. Le stress pourrait déclencher la libération d'hormones stéroïdes appelés glucocorticoïdes qui réduirait les niveaux de testostérone et la production de spermatozoïdes de qualité. Or, quand les spermatozoïdes sont plus lents et plus faibles, ils ont plus de difficulté à féconder l’ovule.


Les effets de la dépression sur la fertilité

depression masculine
Une étude publiée par la revue médicale Fertility and Sterility a mis en lumière le lien entre dépression et fertilité masculine.

Les résultats de cette 'étude ont montré que les couples dont le partenaire masculin souffrait d'une dépression majeure étaient 60 % moins susceptibles de concevoir et d'avoir un bébé que ceux dont le partenaire n'était pas touché par cette pathologie.

Pourquoi ? La plupart des dépressions sévères sont traitées avec des antidépresseurs. Or cette étude a également lié une classe d'antidépresseurs, les inhibiteurs de la recapture de la sérotonine non sélectifs (non ISRS) à un risque plus élevé de perte précoce de grossesse chez les femmes traitées pour infertilité, mais les ISRS, une autre classe d'antidépresseurs, n'étaient pas liés aux fausses couches.

Les solutions ?

Afin de maximiser vos chances de concevoir, il faut bien sûr préparer son corps à concevoir un bébé. Et ce n’est pas seulement se dire qu’il faut multiplier les rapports. Le psyché et le corps sont des mécanismes bien plus complexes qu’il n’y parait et des règles simples peuvent être mises en place pour faciliter la conception d’un enfant.

Tout d’abord il est important de réduire au maximum les doses de stress en méditant par exemple. Il est aussi clé d’avoir une activité sportive régulière pour rester en forme bien sûr mais aussi parce que cela diminue le stress ressenti.

Il va de soi que alcool et tabac ne favorisent en rien la fertilité et la bonne santé des spermatozoïdes, de même qu’une grande consommation de sucre.

Si votre partenaire a une alimentation saine et équilibré, surveille son niveau de stress, ne prend pas de médicament mais que vous ne parvenez toujours à pas concevoir, n’hésitez pas à consulter votre médecin. Lui seul pourra vous proposer une solution adaptée à votre besoin.

Publication précédente Publication suivante

Commentaires

Laisser un commentaire